CTR DIRISI

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Cette réunion du CTR est la dernière édition sous votre responsabilité et l’UNSA-Défense saisit cette occasion pour exprimer le vœu que votre successeur maintienne le niveau du dialogue et des débats que vous avez su instaurer.

Les représentants UNSA-Défense ont pleinement pris leur part aux différents travaux que vous avez initiés tels que la formation, les parcours professionnels des Cat A/Niv 1, la transformation de la DIRISI, la mise en œuvre de télétravail.

Le directeur central a réuni le CTR le 17 mars 2022.

L’UNSA Défense était représentée par : Loïc CHALM, Roger DANIELOU, Christian FILY et Claude ADELE.

ORDRE DU JOUR

- Ressources humaines : Plan de recrutement 2022, bilan des avancements 2022

- La formation, dont présentation OSEC

- Enquête I2M et bilan RPS

- Dossier de la DIRISI : SIMBA

- Points divers

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

D’un point de vue général, à l’anxiété liée au COVID-19, a succédé la pression sur les personnels pour résorber la dette COVID à laquelle s’ajoutent désormais les conséquences de la crise en Ukraine.

A l’occasion du précédent CTR, vous avez indiqué que de votre point de vue, les CHSCT se déroulaient de manière satisfaisante.

L’UNSA-Défense n’a pas toujours la même appréciation.

Le directeur central a réuni le CTR le 25 novembre 2021, en présentiel.

L’UNSA Défense est représentée par : Loïc CHALM, Roger DANIELOU, Christian FILY et Claude ADELE.

ORDRE DU JOUR

- Ressources humaines

- Réorganisation de la DIRISI

- Présentation du projet FRENETIC

- Points divers

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

La situation sanitaire dégradée semble encore devoir perdurer plusieurs mois dans une incertitude croissante liée à l’apparition de variants et à la disponibilité des vaccins.

Dans ce contexte, le gouvernement tente de conjuguer la poursuite de l’activité pour sauvegarder l’économie et les mesures de protection pour sauvegarder les vies.

Le premier ministre a donc enjoint le 29 janvier les employeurs, et singulièrement les administrations sous son autorité, de mettre en œuvre le télétravail partout où il est possible.

A ce jour pourtant, nous ne décelons sur le terrain nul signe de prise en compte de ces directives.

Est-ce que les prescriptions de la note du Cabinet de la Ministre du 9 février seront appliquées ?