La lettre

 De l'information sur les sujets soit propre au MINARM soit d'ordre général... l'agenda ...

Chères adhérentes, chers adhérents, cher(e)s collègues,

La période estivale vient de commencer. Si certains entament cette période dès début juillet, d’autres devront patienter un peu plus longtemps pour profiter d’un repos bien mérité.

Chères adhérentes, chers adhérents, cher(e)s collègues,

Juin, et ses prémices des vacances estivales, n’est pas forcément le mois le plus paisible. Sous son soleil et sa chaleur bien établis, juin est riche en événements, notamment avec la fin d’année scolaire et ses examens. Cette année il ajoute au calendrier deux dates importantes qui sont celles des élections législatives, à ne pas manquer bien évidemment pour faire entendre vos voix, car ne l’oublions pas la démocratie est en jeu. Et nous attendons toutes et tous beaucoup de ce nouveau gouvernement : hausse du point d’indice, hausse des salaires, hausse du pouvoir d’achat, baisse du prix des matières premières et des carburants… Une liste non exhaustive à laquelle les ministres devront ardemment s’atteler.

Chères adhérentes, chers adhérents, cher(e)s collègues,

Comme le dit d’adage : « …en mai, fais ce qu’il te plait », ce qu’il me plait, ce premier jour du mois est de vous souhaiter une excellente fête du travail, à vous tous les agents publics du Minarm. Particulièrement cette année où vous n’avez pas failli à la tâche et à vos missions. C’est dans ce contexte, que l’UNSA a fait du pouvoir d’achat son cheval de bataille, bien avant que le monde politicien s’y intéresse ! (Enfin que dans un but électoraliste !).

Notre pouvoir d’achat à l’UNSA, c’est notre quotidien depuis plus d’une décennie, depuis que nous dénonçons le déclassement des agents publics par rapport au reste du monde salarial.

Chères adhérentes, chers adhérents, cher(e)s collègues,

Nous étions nombreux, dans toutes les principales villes de France à manifester le 17 mars dernier pour défendre notre, votre pouvoir d’achat. Opiniâtrement, quelques jours avant, Amélie de Montchalin reconnaissait après une très longue opposition sur le sujet, que l’inflation était au plus haut et assumait totalement le dégel du point d’indice avant l’été pour protéger le pouvoir d’achat des 5,5 millions d’agents publics. Pour l’UNSA cette annonce est loin d’être suffisante dès lors que le niveau de revalorisation n’est pas encore connu et qu’elle ne comblera jamais les années de pertes sèches enregistrées (26 % de perte de pouvoir d’achat depuis 2010), dans le contexte géopolitique actuel, inflationniste dans son aspect conjoncturel, impactant directement les prix à la pompe, de l’énergie et des biens de consommation, ou dans son aspect structurel notamment dans la réindustrialisation de la France. L’UNSA estime également que la hausse nécessaire doit atteindre les 10%, et poursuivra son action pour que cette annonce devienne une réalité.

Chères adhérentes, chers adhérents, cher(e)s collègues,

Au moment où j’écris ces lignes, la venue du printemps n’est pas exactement la première chose qui me vient en tête, mais elle participe à un élan positif et de renouveau. En effet, ne devrions-nous pas tomber les masques à compter de mi-mars ?